• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Montpellier

27 juin 2018

Vaches © Elodie Regnier

Coexistence et confrontation de modèles d’élevage dans les territoires

La 4ème séance du séminaire "élevage et développement durable des territoires" vise à caractériser la diversité des formes d’élevage dans les territoires, les conditions de leur coexistence, les arbitrages possibles entre différentes formes d’élevage au sein des territoires et leurs rôles différenciés. Le séminaire vise aussi à débattre des méthodes et approches pluridisciplinaires permettant de mieux comprendre ces liens entre élevage et territoire.

Mis à jour le 03/04/2018
Publié le 30/03/2018

Coexistence et confrontation de modèles d’élevage dans les territoires

De nouveaux modèles d’élevage se développent dans les territoires au nord comme au sud. Ces nouvelles formes recouvrent une diversité de systèmes d’élevage : méga fermes industrielles au Sud, mais également en France (le cas le plus emblématique étant la ferme des 1000 vaches), fermes high tech basées sur un fort recours au numérique, fermes en circuits courts et/ou en agriculture biologique, élevages insérées dans des filières qualité (Bleu Blanc Coeur)… Le développement et la mise en place de nouveaux modèles d’élevage dans les territoires questionnent les interactions entre ces modèles. « Nouveaux » modèles ne veut pas forcément dire que ceux-ci n’existaient pas avant dans les territoires mais que les regards sur ces modèles changent et mettent en « lumière » des modèles d’élevage peu visibles jusqu’à lors.
  
Une diversité de formes de développement existe souvent dans les territoires : de systèmes relativement intensifiés à des systèmes plus traditionnels, avec diverses formes d’accès au marché. Cette diversité est le fruit d’une histoire et d’un contexte, comme des habitudes alimentaires. Ces différentes formes de production et même les différentes filières au sein d’une forme de production ont souvent leurs propres réseaux de conseils, d’échanges de connaissances et de matières favorisant le cloisonnement des filières et des modes de production.
Mais les conditions qui ont prévalu à cette diversité évoluent (changement climatique, développement et concentration de la demande urbaine, globalisation,…). Nous sommes à une période charnière qui induit des changements dans les formes de développement et les interactions entre modèles de production : concurrences, recompositions, hybridations,…
Travailler sur la coexistence et confrontation de modèles d’élevage amène les chercheurs à éclairer la différenciation et la diversité des formes sociales et techniques rencontrées, et à étudier les interactions entre ces modèles dans les territoires, ces interactions pouvant prendre des formes très différentes : conflits, concurrence, coopération,…
  
Les objectifs du séminaire sont les suivants :

  • Mettre en évidence les processus de différenciation dans les modèles d’élevage « émergents » par rapport aux modèles plus « classiques »
  • Identifier des formes d’interactions entre ces modèles émergents et classiques : hybridations, complémentarités et synergies, mais aussi concurrence et confrontation.
  • Définir les enjeux méthodologiques et les premiers éléments pour analyser de manière systémique et compréhensive les phénomènes de différenciation entre modèles et les formes d’interaction

  

Programme

9h - Présentation des séminaires et introduction du séminaire n°4
9h20 – 12h45 : Etudes de cas

  • 9h20 - 10h10 : « Echanges de connaissances entre éleveurs aux logiques fourragères différentes », Timothée Petit (Esa d’Angers)
  • 10h30 - 11h20 : « Patrimoine, tourisme et agriculture, quels enjeux pour les habitants des Hauts de l’île de La Réunion? », Estelle Laboureur (Cirad, UMR Selmet)
  • 11h20 - 12h10 : “From worker to peasant and then to entrepreneur? Land reform and agrarian change in the Saïss (Morocco) », Olivier Petit (Université d'Artois, Arras)
  • 12h10 - 12h45 : discussion générale

13h45 – 16h30: analyses croisées et capitalisation

  • 13h45 - 14h45 : « Sociologie de la coexistence », François Purseigle (Ensat, UMR Agir) 
  • 14h45 – 15h30 : « Analyse transversale de portraits de recherche sur la coexistence de modèles », Sandrine Petit (Inra Sad, UMR Cesear)– Nathalie Hostiou (Inra SAD, UMR Territoires) 
  • 15h30-16h20 : Bilan et enseignements de la journée : coexistence et confrontation de modèles d’élevage dans les territoires
  • 16h20 – 16h30 : conclusions

Infos et inscriptions  >>>

Contact(s)
Département(s) associé(s) :
Sciences pour l’action et le développement
Centre(s) associé(s) :
Occitanie-Montpellier