• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Juvignac (proche Montpellier) 34

21 - 24 jan 2019

Agriculture urbaine. Potager urbain sur le toit de l’Institut Culinaire Cordon Bleu à Paris dans le 15è arrondissement. La conception de cette toiture végétalisée a été réalisé par l’entreprise Ecovegetal.. © Inra, MAITRE Christophe

Ecole-Chercheur "Systèmes Alimentaires et Villes : interactions, innovations et leviers pour la durabilité"

Le lien entre villes et alimentation n'est pas récent, mais il prend aujourd'hui une dimension nouvelle : différents acteurs urbains se préoccupent de l'alimentation, de son lien avec l'agriculture, des gaspillages et du devenir des déchets alimentaires ; des agriculteurs, des transformateurs, des distributeurs révisent leurs stratégies pour mieux prendre en compte les modes de vie urbains. De quelle façon ces dynamiques actuelles et celles à venir modifient-elles les objets et questions de recherche dans les domaines de l'agriculture, de l'alimentation, de l'environnement, mais aussi des recherches urbaines ? En quoi suscitent-elles de nouvelles méthodes, de nouveaux partenariats socio-économiques ?

Publié le 17/09/2018

Dans un contexte où 70% de la population mondiale habitera dans une ville en 2050 et où 95% de la population de plusieurs régions du monde sont déjà sous influence urbaine ...
une diversité d’acteurs liés aux villes (collectivités, consommateurs, associations, entrepreneurs sociaux, distributeurs, start-ups, citoyens, urbanistes…) inventent ou soutiennent de nouvelles façons de faire de l’agriculture, de transformer les produits, de les distribuer et/ou de les consommer, de valoriser les déchets ou de réduire les pertes et gaspillages, du champ à l’assiette. Parallèlement, des agriculteurs et des transformateurs se saisissent des nouvelles opportunités liées aux villes et à l’évolution de la demande, favorisée par la généralisation des modes de vie urbains, pour innover. Ces dynamiques dépassent largement le cadre des filières et dessinent, en suscitant de nouvelles interactions entre les différents maillons des chaînes agroalimentaires, de nouveaux « systèmes alimentaires ». Elles dépassent également largement le clivage Nord-Sud, en faisant émerger des problématiques communes, sur lesquelles des villes du Sud peuvent précisément éclairer celles du Nord.

L’INRA, impliqué dans les recherches visant au développement de systèmes alimentaires sains et durables, a inscrit, dans son document d’orientation 2025, une priorité pour l’étude des « systèmes alimentaires sous influence urbaine » (ou « systèmes alimentaires urbains »). Ces systèmes sont en effet souvent associés à de fortes attentes de durabilité, lesquelles ne convergent pas forcément.

A l’initiative du Département SAD et dans la lignée des actions initiées au sein de l’Institut, l’école-chercheur doit permettre, en réunissant les différents départements de l’INRA, en élargissant la participation à des chercheurs d’autres organismes mais aussi à des acteurs socio-économiques et en s’ouvrant aux recherches urbaines, de mieux comprendre, analyser, accompagner les dynamiques associées plus largement aux interactions entre systèmes alimentaires et villes, dans une perspective de durabilité. Il s’agit d’établir, collectivement, ce qui est nouveau dans ces dynamiques, d’analyser ce qui conduit à faire émerger cette problématique aujourd’hui mais aussi à la formuler différemment et d’en comprendre les enjeux, aujourd’hui et à venir, pour la recherche comme pour l’impact.

De quelle façon ces dynamiques, les innovations qu’elles induisent et les attentes qui les portent ou bien qu’elles suscitent obligent-elles en effet à revoir les objets de recherche dans le domaine de l’agriculture, de l’alimentation et de l’environnement (itinéraires techniques, fertilisation, agroécologie, procédés de transformation, sécurité sanitaire, comportements alimentaires, indicateurs de durabilité…) ? En quoi conduisent-elles à introduire ou à prendre en compte de nouveaux objets dans les travaux (politiques alimentaires urbaines, mobilités, risques, eau, innovations sociales, logistique, énergie/climat…) ? A poser de nouvelles questions de recherche (valorisation de nouvelles sources de protéines, downsizing des procédés et des équipements, équité alimentaire…) ou à poser les questions différemment (co-innovation vs. acceptabilité des produits…) ? A développer ou à renforcer de nouvelles approches (pluridisciplinaires, systémiques, participatives, modélisation de flux ou de systèmes complexes, analyse multi-critères…) ?

L’enjeu de cette école-chercheur est double : d’une part offrir aux participants une meilleure connaissance des enjeux liés aux dynamiques urbaines, actuelles et futures, pour les systèmes alimentaires et ainsi mieux voir en quoi leurs travaux pourront être influencés par ce que seront et attendront les villes de demain ; d’autre part, faciliter les échanges autour d’une vision systémique de l’alimentation, de l’innovation et de la durabilité.

L’originalité de l’école est qu’elle s’appuiera en particulier sur l’exploration d’initiatives innovantes, à partir de visites de terrain en petits groupes réunissant des chercheurs de différentes disciplines.
       
    
> Toutes les informations sur la plaquette de l'école-chercheur ou sur le site web dédié.
Préinscriptions obligatoires avant le 28 septembre

Contact(s)
Contact organisation et logistique :
Karine Tixier
Département(s) associé(s) :
Sciences pour l’action et le développement

Voir aussi

> Un dossier sur l'agriculture urbaine  >>>
> Un dossier sur les systèmes alimentaires urbains   >>>