• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Dijon

10-11 octobre 2017

Vaches limousines en bocage breton.. © © INRA, CAUVIN Brigitte

Les polycultures-élevages, valoriser leurs atouts pour la transition agro-écologique

Colloque national organisé par le RMT SPyCE les 10 et 11 octobre 2017 à AgroSupDijon, en région Bourgogne Franche-Comté.

Par Françoise Maxime
Mis à jour le 15/11/2017
Publié le 10/01/2017

Depuis 2014, le Réseau Mixte Technologique Systèmes de PolYCulture-Elevage (RMT SPyCE) fédère des acteurs de la recherche, de la formation et du développement (RFD), issus d’horizons divers pour construire une vision partagée de la polycultures-élevage. Le colloque a pour vocation de conforter la dynamique d'échange actuelle sur la polyculture-élevage, en impliquant les acteurs scientifiques, professionnels, de formation et du conseil, ainsi que les organismes institutionnels.


Les 3 thèmes du colloque


Chaque intervention doit interroger la pertinence des systèmes de polyculture-élevage, identifier les conditions de son application ou les éventuelles controverses soulevées par sa mise en œuvre. Les communications sous forme de témoignages devront préciser ce qui est original, innovant et transposable concrètement, sans masquer les difficultés de mise en œuvre des expériences présentées.
                                 

Thème 1 : La diversité des systèmes de polycultures élevages et leurs performances aux échelles fermes et territoires
                                  
« La » polyculture élevage est en réalité une pluralité de modalités d’organisation entre productions animales et végétales. Pour décrire cette diversité, les intervenants apporteront des éléments sur les méthodes de caractérisation des modalités d'interactions entre culture et élevage, les formes organisationnelles requises dans ces systèmes agricoles et sur les méthodes d’évaluation des impacts économiques et environnementaux. Ils pourront aussi renseigner les performances et l’efficience des systèmes, notamment au prisme de la crise actuellement traversée par l’élevage. Les évaluations proposées peuvent renvoyer à la durabilité, à la résilience face aux aléas ou encore aux services rendus par ces systèmes. Cette diversité sera analysée à l’aune des modèles sous-tendus : vers plus d’autonomie, agro-écologique, et aussi en rapport avec l’économie circulaire.
                                

Thème 2 : La polyculture élevage : entre histoire, trajectoires et avenir
                                       
Des forces majeures de nature sociale, économique et politique tendent vers la simplification des systèmes d’exploitation, souvent traduite par une spécialisation. Cette rationalité a sa cohérence, mais la simplification par la spécialisation est-elle la seule voie ? Il apparaît que les politiques agricoles, l’organisation des filières et l’organisation du système de Recherche - Formation -Développement contribuent aux verrouillages sociotechniques des systèmes de production agricole. Même dans ce cadre, les systèmes de PCE ont leur place et il s’agit d’imaginer la manière de les maintenir aux côtés du modèle dominant, de leur construire une image moderne. Cette modernisation peut également mobiliser les technologies de l’agriculture numérique et de l’élevage de précision.
                                     

Thème 3 : La polyculture élevage dans le quotidien des formateurs, conseillers et politiques
                                     
Chercher, Enseigner, Conseiller et Décider : il s’agit de montrer comment accompagner ces types de systèmes  vers plus d’efficience, de performances au moyen  des outils (de l’outil technique pour le conseil  à la politique publique) existant et aussi innovants, sans faire l’impasse sur  des manques identifiés pour former et conseiller.
Les contributions pourront porter sur  les initiatives pédagogiques dans l'enseignement agricole technique et supérieur pour intéresser les étudiants, les futurs conseillers et agriculteurs à ces systèmes de polyculture-élevage ; les retours d’expériences des conseillers qui interviennent dans des exploitations (ferme avec FAF, ferme bio, fermes écologiquement intensives,…) ou des associations d'exploitants (échange entre exploitations, assolement en commun…) qui visent à faire du lien entre cultures et élevage et les personnes composant ces collectifs.
De plus, les politiques publiques et les instruments mis en place au travers de celles-ci (MAEC systèmes, SFIE…), méritent aussi la réalisation d’un bilan sur leur efficacité.
                                                
___________________________________________________________________________________________
Les intervenants, sur la base d’expériences passées ou récentes, apporteront des éléments sur les conditions du maintien et du développement de la PCE :

  • en faisant le lien avec l’organisation du travail,
  • en montrant comment rendre attractif un système a priori complexe,
  • en identifiant des profils de compétences appropriés pour conduire ces systèmes,
  • en déployant un argumentaire (économie circulaire, économies de gamme, résilience, …)  qui réponde aux attentes des agriculteurs et de la société,
  • en identifiant des leviers favorables au maintien et/ou au développement des systèmes PCE. Ils pourront être d’ordre sociétaux (tels que de nouveaux modes de consommation, des attentes des consommateurs en termes d’image, etc…) ou d’ordre institutionnel (tels que des primes environnementales, aide à l'embauche, à la formation, pour faciliter la réorganisation des terres, etc.).

                                                          
Sont aussi conviés à faire partager leurs initiatives, des acteurs qui sont favorables à une agriculture diversifiée (coopératives, acteurs du développement rural, du tourisme, des SIQO, du bio, des labels et allégations santé…).
                                        
Il s’agira de sortir du paradoxe entre les vertus supposées ou déclarées de la PCE et la réalité observée par un éclairage sur les conditions d’adoption des solutions techniques permettant une forte interaction culture/élevage et apportant une performance élevée (durabilité, résilience). Par exemple, il pourrait être intéressant d’évoquer les raisons pour lesquelles des expériences ayant fait leurs preuves sur un plan technique et économique ne se diffusent pas, comme le constat du développement limité de la luzerne, des associations de cultures, des méteils….
                  
                               
>>> Lire le programme du colloque

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Département(s) associé(s) :
Sciences pour l’action et le développement