Co-gestionnaires d'une réserve de  FAUNE  sauvage, des ornithologues sont très attentifs à la survie et au comportement des Aigles royaux, espèce protégée dans les Alpes (massif des Bauges, Savoie). © MEURET Michel

Missions et stratégie

Mis à jour le 28/05/2014
Publié le 20/02/2013

Étudier les résistances des agriculteurs à l’innovation.

Formulée en 1979, la mission originelle du Sad a inauguré la création d’un département à contre-courant des positions dominantes en agronomie : elle prenait au sérieux les blocages des agriculteurs, elle s’intéressait aux échecs du transfert de la recherche et elle promouvait une manière de travailler encore rare, l’interdisciplinarité.


D’abord centrées sur l’étude des techniques, des pratiques et des représentations individuelles des agriculteurs, les équipes du Sad se sont progressivement intéressées à des ensembles plus complexes. Les chercheurs ont mis l'accent sur la mise en cohérence des techniques au niveau des exploitations agricoles et sur l'inscription des exploitations dans des filières agro-industrielles et dans des territoires ruraux. La conduite des systèmes de culture et d'élevage, le travail agricole, la qualification des produits ou des races animales, la formalisation des savoirs professionnels et les processus d'innovation sont ainsi devenus des objets de recherche majeurs du département au cours des années 1990.

Ce parcours a induit un élargissement de l’éventail des disciplines représentées dans le département : géographie, écologie, économie, sociologie, sciences de gestion, anthropologie des techniques, ergonomie. Les apports théoriques liés à ces différentes compétences ont permis de donner plus de place aux finalités d'aide à l’action individuelle et collective de nos travaux.

L'enjeu d'une transformation radicale des façons de produire en agriculture dans un contexte de changement global nous amène aujourd'hui à renouveler notre approche systémique et à centrer nos travaux sur les systèmes sociotechniques et socio-écologiques :

  • pour analyser et mieux comprendre les transformations qui s'opèrent à l'échelle des exploitations agricoles, des filières et des territoires ;
  • pour traiter l'innovation comme un processus comportant des dimensions techniques, économiques et sociales, et mettant en jeu, sur du temps long, des accompagnements, des apprentissages, et des déverrouillages de points de blocage.

Qu'est-ce qu'un système sociotechnique ?

On l'entend comme un ensemble d'objets techniques, de technologies, d'institutions, de règles sociales, de procédures et d'acteurs (et donc de représentations et de valeurs) qui interagissent dans le développement conjoint des sociétés et des techniques pour répondre à une(des) fonction(s). En agriculture, le système sociotechnique englobe donc les filières de production, de transformation et de distribution, mais aussi la sélection variétale, la recherche, le conseil technique, les politiques publiques et les instances de régulation.
Un système sociotechnique est en état d’équilibre dynamique, les technologies, les règles, les représentations sociales, les organisations, les rapports entre acteurs évoluent constamment. On parle de transition lorsque, sous l'effet de changements importants du contexte global (événements à l'échelle macro : crise économique, crise écologique, etc.) et/ou d'innovations aux marges du système, le système sociotechnique est amené à changer de manière fondamentale.

Les systèmes socio-écologiques

Les sociétés humaines ne sont pas fondamentalement séparées de la nature. Les systèmes socio-écologiques sont constitués par les sociétés humaines, les systèmes naturels (écosystèmes) et leurs interrelations. Une transition vers un développement plus durable peut être comprise comme un processus dynamique qui suppose un maintien des capacités d'adaptation des sociétés face à des usages différents des ressources et de l'environnement, mais aussi un maintien de la capacité des systèmes écologiques à supporter les changements de nos sociétés. La notion de résilience exprime la capacité d'un système dynamique à absorber des perturbations, à changer et se réorganiser tout en conservant sa structure et ses traits de fonctionnement principaux. Elle est donc particulièrement pertinente pour étudier le comportement dynamique des écosystèmes naturels ou cultivés.