Systèmes alimentaires urbains, Vietnam. © CIAT

Systèmes alimentaires urbains

Concevoir une politique agricole et alimentaire urbaine

Dans le cadre d'un partenariat Inra-Montpellier Méditerranée Métropole, une équipe de chercheurs a accompagné le processus de définition d’une politique agricole et alimentaire portée conjointement par la métropole de Montpellier et les 31 communes qui la composent.

Par Françoise Maxime
Mis à jour le 19/12/2016
Publié le 23/02/2016

Alors que la question de l’alimentation est débattue à l’échelle mondiale, notamment depuis la crise alimentaire de 2007-2008, les villes s’intéressent de plus en plus aux manières de satisfaire les attentes locales des citadins pour améliorer leur alimentation. L'actualité de la question agricole et alimentaire se traduit au niveau des territoires par une multiplication d’initiatives autour des circuits courts alimentaires, de l’auto-production en ville, de la protection du foncier agricole, de l’approvisionnement des cantines scolaires, etc. Ce foisonnement d’initiatives manque cependant de structuration, et sa mise en politique est encore balbutiante. A ce jour, les actions sont souvent inféodées aux politiques existantes, telles les politiques sectorielles agro-alimentaires qui peinent à intégrer la dimension territoriale, ou les politiques de la ville durable qui accordent peu de place à l’agriculture et l’alimentation. Formuler des politiques agricoles et alimentaires urbaines devient alors un enjeu dont quelques collectivités se saisissent.

L'expérience de la métropole de Montpellier

L'équipe politique de la Communauté d’Agglomération de Montpellier, aujourd’hui Montpellier Méditerranée Métropole (3M), s’est engagée dans la formulation d’une politique publique agricole et alimentaire, sollicitant l’aide de la recherche en août 2014. Un partenariat Inra-3M a permis à une équipe montpelliéraine de chercheurs d'accompagner le processus de définition d’une telle politique, portée conjointement par la métropole et les 31 communes qui la composent (430 000 habitants). Les chercheurs ont  réalisé un diagnostic interdisciplinaire sur la situation agricole et alimentaire du territoire, et animé une réflexion sur des orientations et actions possibles avec les élus et agents des services de la métropole et des communes. Les éléments de diagnostic ont été mis en débat dans des ateliers d’acteurs, qui ont réuni 40 à 50 personnes à deux reprises, pour partager des réflexions et formuler des propositions d’actions.

En six mois, ce partenariat a débouché sur un document de préfiguration dont la Métropole s’est servie pour définir une politique agroécologique et alimentaire, votée à l’unanimité en conseil métropolitain le 29 juin 2015.

Traiter les incertitudes et controverses

Les premiers enseignements du travail conduit à Montpellier confirment le rôle structurant d'une politique pour articuler une approche agricole et une approche alimentaire à l'échelle urbaine. Une politique agricole et alimentaire peut permettre d’amplifier, structurer et diversifier les initiatives et les actions menées ou en gestation. La définition d'une politique peut aussi inciter à élargir les problèmes à traiter, à relier à l'alimentation des thématiques peut-être peu travaillées dans ce sens - par exemple, la logistique, le sanitaire et le social, etc. -, et à mobiliser de nouveaux acteurs. Enfin, nombre de sujets soulèvent des incertitudes ou des controverses sur ce qu’il est souhaitable et pertinent de faire : quelles agricultures promouvoir, quel soutien apporter à telle ou telle forme de circuit de distribution, etc. La question posée est souvent celle de la coexistence entre modèles de développement, et par conséquent de la coopération entre les acteurs qui les portent. C'est aussi l'objet d'une politique agricole et alimentaire que de concevoir un mode de gouvernance permettant d’identifier et traiter les incertitudes et les controverses entre acteurs.

Un partenariat fructueux

A la suite de ces premiers travaux, une convention pluriannuelle de collaboration entre l’Inra et Montpellier Méditerranée Métropole (3M) est en préparation pour accompagner la gouvernance d'une politique agricole et alimentaire. Elle portera sur la mise en place d’un dispositif d’observation-évaluation-conseil réunissant des parties prenantes représentatives du système alimentaire urbain. De plus, une thèse de géographie, cofinancée par 3M, a débuté dès 2015 sur le sujet de la participation des agriculteurs à la politique agricole et alimentaire de la métropole de Montpellier (thèse de Nabil Hasnaoui, dirigée par Christophe Soulard (Inra) et Laura Michel (politiste, Université de Montpellier).

Actuellement, plusieurs équipes Inra de Montpellier sont impliquées dans le montage d'un projet de recherche dans le cadre d'un programme Surfood (Systèmes alimentaires urbains durables, cofinancement Agropolis Fondation, Fondation Nina Carasso et Fondation Cariplo). Le projet sera porté par la Chaire Unesco Alimentations du monde et le Cirad, et réunira un consortium d’équipes impliquées dans le suivi de villes pilotes en France, Italie, Maroc, Sénégal et Vietnam.

De Logo Milan Urban Food Policy Pact © Milan Urban Food Policy Pact
© Milan Urban Food Policy Pact
son côté, après le vote et la mise en œuvre d’une nouvelle politique publique "agroécologique et alimentaire", Montpellier Méditerranée Métropole a intégré le réseau des villes signataires du Pacte de Milan 2015, qui s'engagent à travailler "au développement des systèmes alimentaires durables, inclusifs, résistants, sûrs et diversifiés, qui fournissent des aliments sains et abordables à tous." La métropole de Montpellier est également lauréate de l’appel à projets "Villes respirables en 5 ans" du Ministère de l’Environnement et du Développement Durable, pour la mise en place d'un archipel de fermes nourricières dans le territoire métropolitain.

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Centre(s) associé(s) :
Montpellier

La politique agricole et alimentaire de Montpellier Méditerranée Métropole

L'élaboration de la politique agricole et alimentaire est portée par Isabelle Touzard, maire de Murviel-les-Montpellier et vice-présidente de la Métropole en charge de l'agroécologie et de l'alimentation. Cette politique a été votée à l'unanimité lors du Conseil métropolitain du 29 juin 2015 (visionner le début de la séquence à 01:39:00)

L’assistance à la maîtrise d'ouvrage Montpellier Méditerranée Métropole a été réalisée par une équipe projet, coordonnée par Christophe Soulard (UMR Innovation, Montpellier). Elle a réuni des chercheurs et des experts de l’Inra, du Cirad, de Montpellier Supagro, de la Chaire Unesco Alimentations du monde, et de la Métropole de Montpellier. Pour aider les élus à identifier des champs d’action prioritaires d’une politique agricole et alimentaire (P2A), l'équipe a réalisé un portrait agricole et alimentaire du territoire en s'appuyant sur les résultats de deux projets de recherche :

  • ANR Daume – Durabilité des agricultures urbaines en Méditerranée, 2011-2014,
  • Surfood – Systèmes alimentaires urbains durables, Chaire Unesco Alimentations du monde et Cirad.

Une analyse comparative d'expériences françaises et étrangères de P2A pionnières a été réalisée et des ateliers de travail mis en place afin d’organiser et faciliter les échanges entre élus et agents des collectivités de la métropole.

La politique qui a été élaborée vise à renforcer la durabilité du système alimentaire, en poursuivant 5 finalités :

  • offrir une alimentation saine et locale au plus grand nombre,
  • soutenir l'économie et l'emploi agricole et agro-alimentaire,
  • préserver le patrimoine paysager et les ressources naturelles,
  • limiter les émissions de gaz à effet de serre et s'adapter au changement climatique,
  • favoriser la cohésion sociale.

7 axes opérationnels ont été définis ; ils combinent des actions de manière à promouvoir la coexistence de plusieurs systèmes agricoles et alimentaires :

  • Consolider le tissu des fermes agroécologiques en vente directe,
  • Favoriser l'approvisionnement local de la ville, en particulier de la restauration collective,
  • Développer des jardins partagés et familiaux,
  • Mobiliser les citoyens autour de l'alimentation et du lien producteur consommateur,
  • Soutenir les entreprises innovantes dans le domaine de l'agroalimentaire et des services à l'agriculture,
  • Promouvoir la diversité des produits emblématiques du territoire, et développer l'agro/l'œnotourisme,
  • Construire une démarche cohérente d'intégration de l'agriculture dans les projets intégrés.

Enfin, 3 actions transversales structurent l’ensemble autour de la formation des élus, la communication avec le grand public et la cohérence de l’action foncière.

Références bibliographiques

  • Soulard CT., Banzo M., Perrin C., Valette E., 2015. Urban strategies and practices for agriculture and food: six Mediterranean case studies. 2nd Int. Conf. on Agriculture in an Urbanizing Society, Roma, 14-17 sept. 2015. http://prodinra.inra.fr/record/331457
  • Soulard CT., Bricas N., 2015. Pourquoi et comment les villes bâtissent des politiques agricoles et alimentaires ? Revue de travaux et étude de cas à Montpellier. 52ème colloque ASRDLF, Montpellier, 9-11 juillet 2015.
  • Soulard CT., Touzard I., 2015. Construire une politique agricole et alimentaire métropolitaine. Proposition méthodologique à partir du cas de Montpellier. Colloque de Géographie Rurale, Valenciennes, 25-28 septembre 2015.
  • Soulard CT., Vonthron S., Bricas N., Debru J., Jarrige J., Le Velly R., Michel L., Muepu AS., Sandiani S., Sebbane M., 2015. Construire une politique agricole et alimentaire à Montpellier. Etude de préfiguration. Rapport INRA-3M, UMR Innovation.