• Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte
  • Imprimer

L’adoption des moyens de protection des troupeaux sur le territoire des Grands Causses permettrait-elle aux systèmes d’élevage ovins de rester viables face à l’arrivée des loups ?

Le département Sciences pour l’action et le développement de l’Inra et Montpellier SupAgro (UMR Selmet, Montpellier) ont analysé, en collaboration avec le CERPAM (Centre d’Etudes et de Réalisations Pastorales Alpes Méditerranée, Manosque), quelles seraient les conséquences de l’adoption des moyens de protection des troupeaux sur la viabilité des élevages ovins au sud du département de l’Aveyron (périmètre de 45 communes sur les Causse du Larzac, Causse Noir et Avant-Causses). Outre les résultats spécifiques à la situation, la recherche produit une démarche et des connaissances à valeur générique pour des paysages et des systèmes d’élevages ovins avec pâturage, déjà confrontés ou ayant à anticiper le risque de prédation par les loups.

 © Greg Alric-Créditphoto OT Larzac et Vallées
Par Marie-Odile Nozières-Petit
Mis à jour le 09/11/2017
Publié le 30/10/2017

La recherche a été menée à l’initiative de la Préfecture de l’Aveyron. Elle se place en anticipation d’une éventuelle présence régulière de loups dans le département, premier département moutonnier de France. Le périmètre étudié de 45 communes contigües présente un intérêt scientifique par sa diversité de milieux et de systèmes d’élevage basés sur le pâturage, dont plusieurs se retrouvent également dans d’autres régions françaises.


Une démarche par scénarisation de stratégies de protection en élevage


D’une superficie totale de 180 600 ha, le périmètre d’étude est un espace occupé à 39 % par l’agriculture et à 55 % par la forêt et des espaces de pelouses et landes, dont une part importante est exploitée par le pâturage des ovins. L’imbrication de six types paysagers (depuis les openfields jusqu’aux bois, clairières et falaises) est telle qu’aucune portion significative du périmètre ne peut être considérée comme peu exposée au risque de prédation par les loups. L’abondance des haies et massifs de buis qui forment des labyrinthes et petites lisières où le prédateur peut aisément se dissimuler renforce ce diagnostic. La recherche s’est centrée sur les 315 élevages ovins de plus de 100 têtes du périmètre, ce qui représente 157 000 brebis, dont 136 000 brebis laitières. Les modalités de mise en œuvre des moyens de protection des troupeaux ovins laitiers et allaitants ont été réfléchies en utilisant ceux définis dans l’actuel plan d’action national loup 2013-2017. La démarche des chercheurs repose sur la scénarisation de stratégies de mises en œuvre de la protection et l’évaluation quantitative et qualitative des impacts de ces stratégies, aux deux échelles que sont les élevages et le périmètre d’étude. Sont considérés ici, non seulement les moyens de protection, mais aussi les changements du fonctionnement technique, économique et d’organisation du travail des systèmes d’élevage dans des contextes paysagers variés.


Des animaux conduits au pâturage en différents lots et quasiment toute l’année


La conduite actuelle des élevages ovins repose sur le pâturage et la constitution de stocks fourragers à distribuer en bergerie. La présence d’animaux au pâturage varie de 8 mois à 12 mois de l’année, avec la présence simultanée, en moyenne, de 3 à 4 lots d’animaux différents au pâturage dans des parcs clôturés. Dans ces parcs, les animaux se dispersent naturellement en petits groupes pour s’alimenter. En s’appuyant sur notre expertise acquise depuis plus de 20 ans dans les situations alpines et provençales, sur les usages observés dans le périmètre d’étude, ainsi que sur la littérature scientifique internationale, nous choisissons de mettre en œuvre, parmi les moyens de protection du plan loup 2013-2017, l’association de chiens de protection et de clôtures sécurisées. La stratégie de protection associant surveillance humaine renforcée et chiens, bien que d’une efficacité très limitée dans des milieux à faible intervisibilité, a également été testée sur le cas le plus emblématique du périmètre. L’évaluation des conséquences économiques d’une telle stratégie a conduit à la juger non réaliste pour la suite du travail. Pour 8 cas stylisés d’élevages représentant la diversité des situations en matière d’exposition au risque et de contraintes pour mettre en œuvre les moyens de protection, nous avons scénarisé quatre stratégies de protection. Elles consistent chacune en une combinaison de moyens de protection des lots d’animaux au pâturage et de modifications de l’organisation des surfaces et de la conduite du troupeau. Les extrêmes sont : la conduite actuelle du troupeau est maintenue et tous les lots d’animaux au pâturage sont protégés ; le troupeau au complet est rentré en bâtiment et le lait n’est plus transformé en Roquefort AOP.


Principaux résultats


  • La mise en œuvre de la protection modifierait le fonctionnement et les performances des élevages, les plus pâturants étant les plus impactés ; elle alourdirait le travail des éleveurs et nécessiterait le recours à du salariat ;
  • Les scenarii de repli important ou total en bergerie impacteraient très fortement la viabilité économique des élevages ;
  • A l’échelle du périmètre et pour protéger tous les lots d’animaux au pâturage, 3 400 kilomètres de clôtures fixes, 2 850 chiens et 74 salariés seraient nécessaires ;
  • Le coût annuel moyen de la protection par élevage serait de 24 000 euros (scenario conduite de troupeau non modifiée) ou 20 000 euros (conduite de troupeau modifiée a minima, afin de réduire les coûts de protection) ;
  • Compte tenu de la prise en charge partielle par le plan loup 2013-2017 du coût de protection, entre 25 et 40 % des élevages laitiers seraient sous le seuil de viabilité économique ;
  • La mise en œuvre de la protection dans les élevages aurait des conséquences néfastes sur les paysages et la biodiversité inféodée aux milieux ouverts, ainsi que sur la dynamique agricole locale.

Le résumé long, ainsi que le rapport complet, sont téléchargeables en bas de page.


Des élevages devenus peu viables dans des paysages banalisés


Cette recherche en Aveyron montre que la mise en œuvre de la protection contre la prédation par les loups aurait des conséquences importantes dans les territoires où la densité d’élevage ovin est forte et où les enjeux zootechniques de production impliquent des durées longues de pâturage et nécessitent plusieurs lots d’animaux conduits simultanément dans des parcs de pâturage distincts. Dans tous les scenarii, et en mobilisant les dispositions actuelles du plan loup 2013-2017, la viabilité d’une partie des élevages se trouverait affectée, générant des cessations d’activité et, pour les élevages restants, la nécessité d’intensifier leurs modes de production. Ceci est sans considérer la perte du sens que les éleveurs donnent à leur activité et la remise en cause du choix de systèmes économes valorisant des ressources naturelles pâturées. Enfin, cette mise en œuvre de stratégies de protection conduirait à un risque de partition des paysages des Grands Causses entre espaces cultivés (prairies temporaires essentiellement fauchées) et espaces naturels plutôt fermés et boisés, sans présence d’activités agricoles. Ceci induirait un paysage banalisé, de bien moindre attractivité touristique et valeur patrimoniale que celui actuellement classé par l’UNESCO.


Contact(s)


Contact(s) scientifique(s) :
Marie-Odile Nozières-Petit – Inra, UMR Selmet (Montpellier)
               
Contact partenaire :
Charles-Henri Moulin – Montpellier SupAgro, UMR Selmet (Montpellier)
Laurent Garde – CERPAM (Manosque)
     
Département(s) associé(s) : Sciences pour l’action et le développement
Centre(s) associé(s) : Occitanie-Montpelier

Télécharger le résumé du rapport de recherche (7 pages)

Télécharger le rapport complet

L’adoption des moyens de protection des troupeaux sur le territoire des Grands Causses permettrait-elle aux systèmes d’élevage ovins de rester viables face à l’arrivée des loups ?. © Inra
© Inra
Nozières-Petit M-O., Weller J., Garde L., Meuret M., Moulin C-H., 2017. L’adoption des moyens de protection des troupeaux sur le territoire des Grands Causses permettrait-elle aux systèmes d’élevage ovins de rester viables face à l’arrivée des loups ? Rapport Inra UMR Selmet Montpellier, Montpellier SupAgro, CERPAM Manosque : 144 pages + annexes.
Télécharger le rapport complet en version originale (13Mo)
Télécharger le rapport complet en taille réduite (6Mo)

COADAPHT, un réseau sur la co-adaptation entre prédateurs et humains dans leurs territoires

Montagne rouge. © Inra, M. Meuret
© Inra, M. Meuret
COADAPHT est un réseau de chercheurs intéressés par les processus de coadaptation des prédateurs et des humains dans leurs territoires. Par co-adaptation, sont entendus les divers processus d’adaptation des humains et plus particulièrement de leurs activités d’élevage face aux prédateurs (loups, lynx, ours, etc.), mais aussi ceux des prédateurs face aux humains et à leurs activités (élevage, chasse, tourisme, foresterie, etc.).
 
Ayant d’abord pour objectif de faciliter les échanges et la synthèse des connaissances scientifiques, en France mais aussi à l’international, le réseau développe un programme d’actions de recherche pluridisciplinaires, avec contribution de ses partenaires internationaux. La priorité est donnée à l’investigation des connaissances, savoirs et savoir-faire des acteurs de terrain.

Lire le dossier consacré aux travaux du réseau Coadapht   >>>