Agir en situation d'incertitude en agriculture

Un ouvrage collectif qui propose de dépasser les analyses en termes de risques et d’assurances, et offre de nouvelles approches pour rendre compte de l’incertain, du complexe, du long terme, et des capacités des systèmes à apprendre d’un environnement qui change.

Couverture d'ouvrage. © Peter Lang
Mis à jour le 01/12/2014
Publié le 04/11/2013
Mots-clés :

Agir en tenant compte des aléas est depuis toujours au coeur des mondes paysans. Chaque année climatique diffère d’une autre, et la fluctuation des prix sur les marchés mondialisés se répercute dans la plupart des pays. À plus long terme, l’ampleur et la nature du changement global demeurent des inconnues, obligeant les acteurs agricoles et ruraux à développer des dynamiques d’adaptation et de sécurisation tenant compte de questionnements techniques, écologiques, économiques, politiques et sociaux à différentes échelles, du local à l’international.
Les études de scénarios se multiplient, les modèles se perfectionnent,  mais prendre des décisions pour un développement durable qui rompent avec les routines agricoles des dernières décennies, s’engager dans des directions nouvelles, tout cela nécessite de penser l’incertitude du contexte, des connaissances, de l’effet des actions à différentes échelles. Tout comme arbitrer entre l’optimisation à court terme et la préservation d'une capacité à résister à des chocs, ou saisir des opportunités à moyen et long terme, s’inscrit dans une réflexion plus globale sur notre rapport à l’incertitude et rejoint les préoccupations des sociétés d’aujourd’hui.

Les quatre premières parties de l'ouvrage

s’organisent autour d’articles longs qui reflètent des types d’agir différents selon les perceptions de l’incertitude.

Maîtriser par les normes

Au coeur de toutes les logiques sociales, des individus ou des collectifs cherchent à maîtriser l’incertitude en créant des normes ou en définissant des cadres normatifs. L’ingénierie de la sécurité aérienne, où le rapport au risque et à l’incertitude passe par une normalisation technique, sert ici d’exemple emblématique décentré des questions agricoles. Cette partie illustre aussi la volonté de normalisation en agriculture et les apprentissages qu'elle génère, à travers les exemples des mesures agri-environnementales territorialisées et de la gestion de la qualité des eaux. Enfin, les cadres normatifs de l’expertise sur l’aide au développement sont mis en débat à partir d’un cas d’hydraulique pastorale au Tchad.

Accompagner l’action

Accompagner l’action dans des situations très perturbées ou extrêmes est une autre manière de préparer l’agir en situation d’incertitude.  Là encore, une situation non agricole (les expéditions polaires) révèle comment le management en situation extrême dépend des formes d’engagement de chacun et induit un apprentissage organisationnel combinant anticipation et adaptation, exploration et exploitation. Les sources d’incertitude sont également politiques : un cas analysé au Sénégal illustre comment les injonctions au progrès dévalorisant les pratiques locales favorisent des comportements opportunistes et individualistes et déstructurent le monde de l’élevage. L’accompagnement remplit son rôle lorsqu’il se met en question, qu’il reconnaît les savoir-faire et les raisons locales, l’incertitude multiforme et non spécifique.

Comprendre les dynamiques

Une troisième partie explore la capacité des agriculteurs et des sociétés agricoles à intégrer l’incertitude. Partout, il s’agit de renforcer la sécurisation, la durabilité des systèmes en jouant sur des composantes sociales et techniques. Ici, la notion d’adaptation individuelle ou collective apparaît à travers les ajustements sociaux. On montre que tous les agriculteurs n’ont pas la même perception des sources d’aléas et ne disposent pas des mêmes marges de manoeuvre. Au final, les options sont toujours reliées à la composition et à l’histoire des familles, aux dynamiques des exploitations et aux opportunités du milieu environnant.

Instrumenter, modéliser

Cette partie rend compte de travaux où l’incertitude est traitée comme un objet de connaissance : utilisation de la théorie de la viabilité, construction de modèles agronomiques, étude économique de la perception et de l'attitude face au risque de prix, analyse socio-écologique d'interactions entre des pratiques agro-sylvo-pastorales et le fonctionnement de paysages, etc.

La cinquième et dernière partie de l'ouvrage

propose un éclairage complémentaire sur les rapports entre incertitude et développement durable : discussion des modèles économiques de  développement durable et de décroissance, interrogations sur la possibilité même d’un développement durable, interrogations sur la nouveauté du rapport entre agriculture et incertitudes, interpellation de la recherche et la posture des chercheurs pour renouveler valeurs et concepts.

Les éditeurs scientifiques

Véronique Ancey est socio-économiste au Cirad. Après avoir étudié pendant plusieurs années au Sahel les conditions de vie des pasteurs et les interventions dans le domaine du développement, elle mène au Cirad des recherches sur les perceptions et les usages de la vulnérabilité, du changement social et du développement, par les populations et les politiques.

Isabelle Avelange est ingénieur de recherche à l'Inra, au département Sciences pour l’action et le développement. Elle a mis en oeuvre les programmes "Agriculture et développement durable" et "Systèmes, territoires, ressources et agricultures" de l’Agence nationale de la Recherche de 2005 à 2011. Elle favorise ainsi les regards croisés sur les agricultures.

Benoît Dedieu est directeur de recherche à l’Inra, chef du département Sciences pour l’action et le développement. Il a co-édité plusieurs ouvrages, notamment sur la flexibilité des systèmes d’élevage, le travail et l’innovation, et les Farming Systems Research.

Référence de l'ouvrage

Ancey, Véronique, Avelange, Isabelle, Dedieu, Benoît (dir.), 2013. Agir en situation d'incertitude en agriculture. Regards pluridisciplinaires au Nord et au Sud. Peter Lang, 419 p.

Contenu détaillé sur le site de Peter Lang