• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Comment gérer de façon durable le bâti alimentaire ?

C’est la question étudiée par le projet de recherche-action BâtiAlim pour les trois années à venir (2018-2020) grâce au financement de la Fondation de France/Fondation Daniel et Nina Carasso. Le projet vise à explorer avant tout le concept de bâti alimentaire, élément essentiel au maintien, au développement et à la modernisation agricole, puis à expérimenter des solutions concrètes pour permettre une gestion durable de ce bâti.

gestion durable du bâti alimenaire
Par Aurélie Coen
Mis à jour le 08/03/2018
Publié le 05/03/2018

Le développement de systèmes alimentaires alternatifs, tels les systèmes alimentaires territorialisés (SALT), induit de nouveaux besoins en bâtiments : bâtiments d’exploitation, lieux de vente, lieux de transformation (légumeries, conserveries), lieux de logistique. BâtiAlim part du constat que ces nouveaux besoins sont non seulement mal connus mais que les politiques d’urbanisme durable visant à protéger les espaces agricoles de l’urbanisation, tendent à limiter les constructions agricoles. De même, les installations « progressives » qui répondent en partie au renouvellement des exploitants et à la diversification des productions agricoles nécessaires au développement des SALT, rencontrent des difficultés réglementaires et économiques pour accéder à des bâtiments agricoles (et/ou des logements).


Le projet BatiAlim réalisera un travail d’inventaire pour caractériser le bâti alimentaire, son cadre réglementaire et les solutions architecturale innovantes (regroupement, mutualisation, éco-construction, auto-construction, etc.). Il accompagnera trois acteurs engagés dans le développement de SALT pour la mise en œuvre d’expérimentations visant à tester des solutions architecturales et/ou organisationnelles pour une gestion durable et inclusive du bâti alimentaire. Ces acteurs sont le Pays Cœur d’Hérault (34), l’association Filière paysanne (13) et la Fédération départementale des CIVAM du Gard (30). Pour ce faire un pool d’experts architectes-urbanistes (CAUE, Atelier Paysan, Ecole d’Architecture de Montpellier) et de juristes (agents des services de l’Etat DDTM, Bureau du foncier et de la biodiversité du Ministère de l’Agriculture et de l’alimentation) sera mobilisé.


L’équipe de recherche est composée de : Brigitte Nougarèdes (responsable du projet), Camille Clément(UMR innovation), Coline Perrin, Lucette Laurens et Christophe Soulard (UMR Innovation), Romain Melot (UMR SDAPT), Béatrice Mésini (UMR TELEME), Philippe Madeline (UMR ESO), Monique Poulot et Claire Aragau (UMR LAVUE – Comité scientifique).

Contact

Brigitte Nougarèdes (responsable du projet), UMR innovation du département Sad

brigitte.nougaredes@inra.fr
0499612255