Jeu de territoire à Saint Laurent de la Prée. © Inra

Quand les acteurs du territoire s'impliquent dans la recherche

Les acteurs locaux du marais Atlantique ont été associés à la définition du projet scientifique de l'unité expérimentale de Saint-Laurent de la Prée via l'organisation d'un "jeu de territoire".

Par Aurélie Coen / Elodie Regnier
Mis à jour le 30/09/2016
Publié le 14/09/2016

L'unité expérimentale de Saint Laurent de la Prée conduit, à l'échelle de sa ferme, l'expérimentation d'un système de polyculture-élevage durable, capable de concilier des objectifs de production agricole et de préservation de l’environnement, tout en étant plus autonome et économe en intrants. Les recherches visent à concevoir et évaluer un système qui produit de la biodiversité et qui en bénéficie, en cohérence avec les potentialités du territoire de marais. L'objectif opérationnel est de produire des indicateurs et des références utilisables par les agriculteurs.

Depuis sa création en 1964, l'unité expérimentale de Saint Laurent de la Prée travaille de manière étroite avec les agriculteurs, le développement agricole, et depuis de nombreuses années, avec les acteurs de l’environnement. C'est donc tout naturellement que l'unité a souhaité associer ses partenaires locaux à la définition de leur prochain projet d'unité pour les 5-10 ans à venir. L'objectif était de discuter collectivement des évolutions possibles du territoire et de la place de la recherche et de l’Inra pour accompagner ces évolutions.

Le jeu pour favoriser les échanges

Pour organiser les échanges, l'unité expérimentale a utilisé la méthode du « Jeu de territoire » développé à l'UMR Métafort. Ce jeu, construit autour d'une vision partagée du territoire, favorise les échanges, l’expression de points de vue parfois divergents et la confrontation des idées. Organisé le 10 mai 2016, ce "jeu de territoire" a réuni les agents de l’unité, des scientifiques du département Sad et les partenaires locaux (éleveurs, agriculteurs, Parc naturel régional, Communauté de commune, etc.). Les objectifs de la journée étaient de réaliser un diagnostic du contexte de l’agriculture dans les marais charentais aujourd’hui et de dresser des pistes d’évolution possible de ce contexte dans les 15-20 ans à venir.

Le jeu a été organisé en 3 phases : 

  • Phase 1 : construire un diagnostic partagé du territoire entre les différents acteurs participants
  • Phase 2 : élaborer des scénarios prospectifs pour faire imaginer aux acteurs différents futurs du territoire (du futur idéal au futur catastrophique)
  • Phase 3 : élaborer un plan d'action pour atteindre (ou empêcher) ces futurs 

Une hybridation des connaissances

Cette démarche originale de sciences participatives mobilise des acteurs non scientifiques dans la définition d'un projet de recherche. Une implication des acteurs du territoire qui permet une hybridation des connaissances des scientifiques avec celles des acteurs du terrain.

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Département(s) associé(s) :
Sciences pour l’action et le développement
Centre(s) associé(s) :
Poitou-Charentes

Pour aller plus loin

  • Notre dossier : Saint Laurent de la Prée : 50 ans d'expérimentation en marais   >>>
  • Un 4 pages : Le jeu de territoire, un outil de coordination des acteurs locaux   >>>