• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
Couverture de l'ouvrage publié aux éditions La Discussion, 2017, C. Lamine. © éditions La Discussion

La fabrique sociale de l’écologisation de l’agriculture, Claire Lamine, Éditions La Discussion, 2017.

Pourquoi certains agriculteurs changent-ils leurs pratiques et diminuent-ils ou non le recours aux intrants chimiques, voire « passent » à l’agriculture biologique ? Pourquoi d’autres ne le font pas ? Comment cependant changer les pratiques agricoles sans changer aussi celles des autres « maillons » du système agri-alimentaire, de l’amont (fourniture d’intrants) à l’aval (industries agro-alimentaires et distribution) en passant par le conseil agricole, la recherche ou les politiques publiques ?  Cet ouvrage propose un basculement du regard, qui, non plus focalisé sur un aspect de la question et un type d’acteurs (les innovations technologiques et l’agriculteur), invite à décrypter les interdépendances dans lesquelles sont « pris » les agriculteurs.                         

Mis à jour le 19/03/2018
Publié le 16/03/2018

La question de la fabrique sociale de l’écologisation de l’agriculture, et plus largement, du système agri-alimentaire traverse ce livre. On verra comment ce processus social de transformation de l’agriculture dans le sens d’une plus grande prise en compte de l’environnement se joue dans des trajectoires individuelles et d’action collective où se fabriquent les changements de pratiques, appuyés ou parfois contrés par des projets et des dispositifs publics ou privés précisément construits à dessein de changer les pratiques, mais aussi adossés à des visions de l’écologisation qui se forgent et circulent dans les débats publics contemporains où les questions alimentaires et de santé occupent une place croissante.

SOMMAIRE DE L’OUVRAGE
         
Introduction

Chapitre 1 - Diversité des trajectoires d’écologisation

1. Trajectoires vers ou en AB : une lecture multidimensionnelle du changement
La transition vers l’AB : rupture ou continuité ?
Nouveaux paysans bios : un projet professionnel qui est aussi projet de vie

2. La réduction d’intrants en grandes cultures : une impossible écologisation ?
Promesses techniques d’une troisième voie d’écologisation
Robustesse et réversibilité des processus d’écologisation face aux changements de contexte
           
3. Quelle écologisation dans des productions fortement consommatrices de pesticides et hautement sensibles pour les consommateurs ?
En tomates sous serres : comment écologiser un système hyper-artificialisé ?
En arboriculture fruitière : effets contradictoires de la pression à l’écologisation

         
Chapitre 2 – Ecologisation des pratiques et redéfinition de l’éthos professionnel

1. Transformations de l’identité professionnelle
« Retrouver le sens du métier »
Rompre avec le modèle d’excellence professionnelle en résistant au regard des autres
                  
2. Changements de pratiques et rapports aux risques
En AB : passer de la « maîtrise des agresseurs » à l’équilibre de son système
Dans la réduction d’intrants : entre assurance et vigilance
Incertitudes par rapport aux normes futures : anticiper ou temporiser
       
3. La nature et la technique dans les agricultures écologisées
De la lutte par l’artificiel à l’appui sur les processus naturels
Responsabilité envers l’environnement et rapport sensible à la nature
        
4. Autonomie et résilience : les bases d’un nouvel éthos paysan ?
Tenir dans le temps…
Trajectoires d’exploitations et résilience

       
Chapitre 3 – Accompagnement du changement et dynamiques collectives d’innovation
      
1. Transformation des modes d’accompagnement du changement
Recomposition du conseil en agriculture biologique
Rôle du conseil et des dynamiques collectives
     
2. Proximité vécue aux modèles écologisés et liens à la société
Effets de densité des réseaux et de proximité vécue au modèle
Le lien à la société comme source de légitimation voire de soutien
      
3. Modes de production et de circulation des connaissances
Adoption, accommodation ou co-constructions des innovations ?
Nouvelles alliances autour de la construction des connaissances et des normes
Modes d’apprentissage : la part du sensible

Chapitre 4 – L’écologisation, des agriculteurs au système agri-alimentaire
         
1. Les difficultés d’une écologisation à l’échelle du système agri-alimentaire
Le cas du blé : une marginalisation des voies alternatives
Qui ne veut pas du blé et des fruits issus d’une agriculture plus écologique : temporalités différentes, problématiques comparables
Des interdépendances différentes selon les espèces végétales
     
2. Des voies pour redéfinir les interdépendances au sein du système agri-alimentaire
Paysans boulangers et AMAP : créer un système « de novo »
Changement d’échelle de la bio : comment engager l’ensemble des maillons du système ?
       
3. Systèmes agri-alimentaires territoriaux
Des initiatives locales sur un gradient entre alternatif et « conventionnel »
L’intérêt de l’échelle territoriale pour traiter des dynamiques d’écologisation
Pertinence de la notion de communauté rurale dans un contexte d’urbanisation croissante
        
4. Semences et variétés, un maillon clé du système agri-alimentaire
La création variétale prise dans les effets de verrouillage
Des signaux faibles d’une écologisation de l’innovation variétale?
L’émergence d’arènes « de transition » ?

Chapitre 5 – Redéfinition des frontières dans les agricultures écologisées
    
1. Montée en légitimé et controverses sur l’agriculture biologique
Regards des agriculteurs conventionnels sur la bio
Une bio, des bios : processus de « re-différenciation » au sein de l’AB
Entre politiques publiques et monde agricole : controverses sur les réglementations de l’AB
Dans le monde scientifique et au-delà : à qui la charge de la preuve sur la qualité ou les « performances » de l’AB ?
         
2.  L’agroécologie en France, un nouveau récit visant à englober toute l’agriculture
L’agroécologie comme nouveau « narratif » pour l’écologisation
L’armature conceptuelle du narratif : système, processus écologiques, transition
Débats et controverses : zoom sur deux arènes de débat sur l’agroécologie
Agroécologie « mainstream », agroécologie paysanne
Les instruments de la politique agroécologique : une volonté de sortir du descendant et de la co-gestion
        
3. L’agroécologie au Brésil : un modèle pour l’agriculture familiale spécifiquement
L’institutionnalisation de l’agroécologie au Brésil : trajectoire comparée
Trajectoires d’acteurs entre mondes professionnels, monde académique, politiques publiques et société civile
Deux visions de l’agroécologie, techniciste ou systémique
En France comme au Brésil, l’agroécologie au cœur des interactions entre mondes agricoles, monde scientifique, politiques publiques et société civile
          
4. Une agroécologie à l’échelle du système agri-alimentaire ?
La place de la question alimentaire dans la politique agroécologique française
Vers une véritable reconnexion entre agriculture, environnement, et alimentation et santé ?

Conclusion générale
Références
Liste des figures
Liste des sigles employés

Le site de l'éditeur

Contact(s)
Département(s) associé(s) :
Sciences pour l’action et le développement
Centre(s) associé(s) :
Provence-Alpes-Côte d'Azur

L'auteur

Claire Lamine est sociologue, ingénieur de recherche au sein de l'UR Ecodéveloppement (Avignon) du département Science pour l'action et le développement. Elle co-anime notamment la priorité "Transition agroécologique" du département Sad qui s'intègre dans le chantier pour l'agroécologie de l'Inra, et qui s'intéresse aux processus de la transition agroécologique, aux manières dont les acteurs y participent, aux modes de gestion et aux formes sociales qui sont en cause.