• Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte
  • Imprimer

Mirecourt fête les 10 ans d'une expérimentation au long cours

Faire au mieux avec les ressources du milieu naturel tout en assurant le maintien de la fertilité des sols, c'est le projet que conduit l’Inra à Mirecourt, dans la plaine des Vosges. Deux systèmes laitiers économes et autonomes, associant les cultures, les prairies et l’élevage, y sont testés depuis 2004. Une transition "pas à pas" vers un lait à 0% d’intrants !

Echanges autour de l'expérimentation système de l'Inra à Mirecourt. © Inra, Inra Sad Aster
Mis à jour le 30/01/2015
Publié le 01/10/2014

Pour s’inscrire dans la logique d’une agriculture durable, le collectif de l’installation expérimentale Inra Aster-Mirecourt a décidé en 2004 de reconfigurer les 240 ha du parcellaire du domaine. Les principes adoptés sont de poursuivre l'activité de polyculture-élevage laitier en valorisant l’hétérogénéité du milieu, et de limiter le plus possible l’usage des intrants (fioul, engrais, pesticides, aliments du bétail…). L’ensemble du domaine est alors converti à l'agriculture biologique (AB).

Deux systèmes laitiers conçus à partir des potentialités du milieu

Les techniciens les plus expérimentés de l'équipe se sont exprimés sur les potentialités de chaque parcelle pour tirer le meilleur parti de la diversité du milieu naturel (texture, pente, comportement hydrique). L’objectif est de maximiser la surface cultivée en céréales vendues pour l’alimentation humaine et de conserver suffisamment de prairies dans le secteur accessible aux vaches laitières. Ainsi, 130 ha jugés non cultivables sont restés en prairies permanentes, et 110 ha ont été affectés à des rotations culturales associant céréales et prairies temporaires, en tenant compte de la possibilité ou non de cultiver de la luzerne.
Deux systèmes laitiers ont été conçus afin d’étudier les conditions d’une complémentarité durable dans un petit territoire : un système herbager (SH), et un système de polyculture élevage (SPCE). Le SH vise à valoriser les prairies permanentes les plus productives du dispositif expérimental ; 40 vaches laitières y sont au régime 100% herbe, sans aucun aliment concentré. Le menu est plus varié pour les 60 vaches du SPCE qui vise à articuler la diversité des cultures et l’élevage pour boucler au mieux les cycles des matières. Les deux troupeaux, constitués à la fois d’animaux de races Holstein et Montbéliarde, consomment uniquement des aliments produits sur l’exploitation. Chaque troupeau est autonome en fourrages et l’ensemble l’est en paille et en céréales.
Plutôt vendre les vaches qu’acheter du fourrage, répondre aux besoins en paille et pouvoir produire du fumier, sont les maîtres mots pour gagner en autonomie.

Evaluer en temps réel pour reconcevoir pas à pas

La conception de l’expérimentation système est évolutive. Les performances techniques permises par les modalités de conduite choisies et la faisabilité pratique de ces Tris et comptages de graines. © Inra, Inra Sad Aster
Tris et comptages de graines © Inra, Inra Sad Aster
conduites sont évaluées pour améliorer le fonctionnement des systèmes et leur niveau d'économie en intrants. Les suivis portent sur i) les performances, l'alimentation, les événements de santé et de reproduction des troupeaux, ii) les rendements des prairies et des cultures, les facteurs limitants des rendements des céréales, iii) les effets des systèmes sur la qualité de l’eau, les émissions atmosphériques et le cycle des éléments, et enfin iv) la diversité végétale et animale dans l'ensemble du parcellaire du domaine.
Les pratiques mises en œuvre sont analysées afin de comprendre les sources de dysfonctionnement et, dans un deuxième temps, d’y remédier. Des pratiques innovantes utilisées par des agriculteurs pionniers sont aussi étudiées. C'est ainsi que des itinéraires techniques limitant le recours au labour ont été testés pour économiser de l’énergie ; cette approche est peu répandue en AB car le labour reste un moyen de limiter les populations d’adventices dans les rotations culturales. Ces essais ont néanmoins permis de progresser sur l’alternance labour/non labour dans les rotations, ainsi que sur les techniques de semis direct.

Tenter l’impensable pour lever certaines difficultés

Adaptation rime aussi avec innovation ! Ainsi de sérieuses difficultés de reproduction des vaches laitières du SH ont amené à modifier leur conduite. Une meilleure réussite à la reproduction ayant été observée pour les vaches qui démarrent leur lactation avant la mise à l’herbe, la mise à la reproduction a été avancée d’un mois à compter du printemps 2007. Et, pour conserver les effectifs de vaches tout en maintenant les vêlages groupés sur 3 mois, les expérimentateurs n’ont pas hésité à doubler la durée de lactation de 12 vaches non gestantes pour une mise à la reproduction à un moment plus favorable au cours de la campagne suivante. Ces vaches ont finalement donné plus de 90% de ce qu’elles auraient produit en deux lactations, et cette technique a été retenue depuis pour mieux maîtriser la démographie des deux troupeaux !

Partager des savoirs sur la transition

La démarche de conception pas à pas d'une activité agricole autonome à partir des propriétés du milieu amène ainsi à accéder à ce qui était impensable, à questionner les référentiels agricoles et les solutions techniques stabilisées. Elle met en relief les ressources mobilisées par les techniciens expérimentateurs et leur capacité d'invention pour faire fonctionner les systèmes en réponse aux fluctuations locales de l'environnement.
Plus que des chiffres et des références, ce sont les savoirs et savoir-faire construits par les expérimentateurs dans le processus de changement qui sont au cœur des échanges avec les agriculteurs intéressés par une transition vers des systèmes économes en intrants. "Produire à partir de ce que l’on a", tel est le fil conducteur de ces échanges focalisés sur les informations, observations, matériels, outils, essais, … mobilisés par l'équipe de Mirecourt dans ses recherches sur la conduite de systèmes économes et autonomes.

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Département(s) associé(s) :
Sciences pour l’action et le développement
Centre(s) associé(s) :
Nancy-Lorraine

Portes ouvertes à Mirecourt les 18 et 20 novembre

Pour fêter les 10 ans de son dispositif expérimental de systèmes de polyculture-élevage autonomes, l'Inra de Mirecourt accueillera agriculteurs, professionnels de la recherche et du développement agricole (le 18 novembre), étudiants et lycéens (le 20 novembre) au cours de deux journées portes ouvertes.

Affiche des Journées portes ouvertes Mirecourt. © Inra, Upic / Amélie CC BY-NC 2.0 Flickr
© Inra, Upic / Amélie CC BY-NC 2.0 Flickr
La visite prendra la forme d’un rallye d’une durée de 3 heures
, à travers 6 ateliers qui permettront d'échanger autour des différentes dimensions du dispositif expérimental :

  • Concevoir des systèmes agricoles à partir du milieu
  • Pratiquer une agriculture autonome, c’est possible
  • Les nouveaux équilibres de l’autonomie
  • L’accès à l’impensable : des pratiques agricoles innovantes pour favoriser l’autonomie
  • L’agriculture autonome : un changement de métiers
  • Comment la recherche propose d’accompagner cette évolution des métiers

Plusieurs départs de visite seront proposés entre 9h et 14h30 (inscription nécessaire). Il sera possible de prendre un repas sur place (réservation recommandée).

Inscription à envoyer à stephanie.fombaron@mirecourt.inra.fr

Renseignements auprès de stephanie.fombaron@mirecourt.inra.fr ou au 03.29.38.55.00